Le mouvement de concentration, qui, à partir du milieu du XIXe siècle, touche une partie des entreprises françaises, profite essentiellement, en ce qui concerne l'industrie des cartes à jouer, à la maison Grimaud. Dès 190-, il ne reste plus que cinq fabricants cartiers en France occupant 600 ouvriers et employés dont les 4/5e travaillent chez Grimaud. Entre 1876 et 1930, l'entreprise parisienne rachète ou contrôle la plupart de ses concurrents.

Pellerin et Cie
Epinal
1876

Célèbre pour ses “ images ”, la fabrique Pellerin d'Epinal édite également des cartes à jouer depuis ses débuts. Peut-être parce que ce type de production exige un investissement de plus en plus sépcifique, Charles Pellerin, son directeur, décide, en 1876, de vendre le matériel et les modèles de cartes à la société Grimaud, Chartier et Marteau.

A. Camoin Et Cie
Marseille
1888

L'origine de la maison marseillaise Camoin remonte à 1760. Nicolas Conver, son fondateur, a alors un petit atelier sur la Canebière. Ce n'est qu'un siècle plus tard que Jean-Baptiste Camoin, premier du nom, entre dans l'entreprise. Il la dirige seul à partir de 1871 puis est remplacé par son fils Antoine. En 1888, Grimaud et Camoin fusionnent, ce dernier gardant sa marque, ses modèles et sa clientèle. En 1931, Joseph Martin, Gabelle et Cie prennent la suite. Ils produisent surtout pour les colonies d'Extrême-Orient et d'Afrique du Nord. La perte de ces marchés entraîne la fermeture de l'entreprise en 1971. 

Pussey
Paris
1890

La célèbre enseigne “ Au grand Gustave ” s'applique aux cartes que Joseph Minot fabrique jusqu'en 1822. L'entreprise passe ensuite en diverses mains dont celles d'Avril qui fait partie des six cartiers parisiens accusés, entre 1865 et 1868, de copier les cartes à “ coins façonnés et consolidés ” de Grimaud et par suite est mis en faillite. Reprise par Le Bourgeois puis Gaudais, elle est cédée à Pussey en 1882. Grimaud acquiert l'affaire en 1890 (elle compte un intéressant catalogue de jeux divinatoires) et la transforme en simple dépôt.

Lequart et Mignot
Paris
1891

L'ancienne manufacture qui échoit en 1878 à Lequart et Mignot possède un important catalogue de jeux divinatoires et de fantaisie ainsi qu'un brevet sur des cartes chifrrées (ou indexées), déposé en septembre 1877, soit juste avant le dépôt d'un brevet similaire par Grimaud. Malgré cela, l'entreprise ne peut résister à son principal concurrent qui l'absorbe en 1891.

Nacivet
Paris
1895

En 1895, un certain J.H. Nacivet semble s'être associé temporairement à Grimaud pour fabriquer des cartons photographiques rue David d'Angers. Peut-être s'agit-il du Nacivet de la Société Nacivet et Peulvé (1892-1893) connue par deux dépôts de marques, l'un pour des cartes à jouer “ émaillées ”, l'autre pour des cartes laquées.

Fossorier,
Amar Et Cie

Paris
1904

L'entreprise Fossorier, Amar et Cie a une courte existence. Apparue en 1898, elle est rachetée en 1904 par Grimaud. Avant cela, en 1902, elle a réussi à faire accepter par l'Administration des Contributions Indirectes l'usage d'un joker dans les jeux au portrait français. Elle a aussi produit un grand nombre de cartes à jouer pour l'Afrique du Nord.

Bony Et Cie
Lunéville
1923-1928

La maison Bony a été fondée à Lunéville en 1836 par Pierre Bony. En 1846, elle fabrique simultanément des papiers peints et des cartes à jouer et emploie une quinzaine d'ouvriers. En 1884, Charles Bony, petit-fils du fondateur, prend la tête de l'entreprise : la raison sociale devient Ch. Bony et Cie. Après son décès, en 1923, sa veuve Louise et son fils deviennent gérante et associé de la société Bony et Cie. C'est sans doute peu après cette date que la maison Grimaud en a fait l'acquisition. L'entreprise a cessé de fonctionner en 1941. Elle imprimait des jeux au portrait français et des jeux d'Aluette.

Dieudonné Et Cie
Angers
1925-1930

Mathias Dieudonné, issu d'une longue lignée de cartiers, fonde la société Dieudonné et Cie à Angers, en 1845. A son décès en 1867, sa veuve et son neveu Bernard lui succèdent, puis les deux fils de ce dernier. C'est sous leur égide qu'à la fin des années 1920, la Société Grimaud prend une participation d'un tiers dans le capital ; l'entreprise a alors une quarantaine d'ouvriers. Dieudonné et Cie a produits des jeux au portrait français, espagnols et catalans et des jeux d'Aluette jusqu'en 1952.

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !