La maison Grimaud doit son renom non seulement à la qualité des matières premières et aux soins de fabrication apportés à ses produits, mais aussi à leurs qualités esthétiques et leur diversité. En premier lieu il faut citer les jeux de fantaisie, dont les thèmes sont souvent en relation avec l'actualité. Viennent ensuite les jeux standard, puis, à partir de 1890, les jeux divinatoires.

Jeux
de Fantaisie

La maison Grimaud se fait remarquer dès l'Exposition universelle de 1855 pour de très jolis jeux de fantaisie lithographiés et aquarellés : les Cartes historiques et les Cartes impériales et royales (avec Napoléon III comme figure emblématique de la France).
Elle édite à la même époque des Cartes géographiques astronomiques et un Jeu de dominos-banque (brevet acquis en 1854). Les années 1860 voient l'apparition du Jeu des Mousquetaires et des Cartes comiques. 1871 est l'année du Jeu des Grands Hommes précédemment publié par Gripon et Cie en 1858.

Après 1872, grâce à des machines nouvellement acquises, Grimaud imprime lui-même ses jeux. Ce sont d'abord des Cartes politiques illustrant les différentes familles politiques au lendemain de la Commune, le Jeu du Congrès ou cartes-loto, présenté à l'Exposition universelle de 1878, puis un jeu dit Calendrier de Charles VI (1881). En 1889, Grimaud, toujours intéressé par la politique, veut éditer des Cartes patriotiques mais elles sont interdites par le gouvernement. Il présente l'année suivante un jeu curieux, inventé par un spécialiste des martingales, Arnoud de Rivière, intitulé Rouge et noire.

L'absorption en 1891 de la fabrique Lequart et Mignot lui permet d'ajouter à son catalogue un Tarot italien, un Tarot du Piémont et un Tarot chinois, des Cartes diagonales pour magiciens, un jeu de Demandes et réponses (ou Jeu des Binettes), ainsi qu'un Jeu des ombres, un Jeu du soldat et un Jeu comique.

En 1895, il imprime sur un jeu au portrait français les maximes de son ami Chappellier.
Vient ensuite le Piquet de l'Alliance commémorant les accords franco-russe.

A la veille de l'Exposition universelle de 1900, Grimaud présente les Cartes Moyen Age ou Cartes Gothiques dessinées par Quenioux, les Cartes indiennes, puis, en 1902, un Jeu souvenir de l'exposition universelle de 1900 et un Jeu Louis XV. Enfin, de Fossorier, Amar et Cie, racheté en 1904, il reprend le très joli Tarot à fleurs de Chambéry.

Jeux
Standard

Dès les débuts de son activité, sinon à partir de 1861, Grimaud édite un jeu au portrait français. La fabrication de jeux aux portraits étrangers n'est autorisée qu'avec une loi de 1881. Grimaud en propose rapidement plusieurs modèles et devient même le fournisseur officiel de la Régence de Tunis et des gouvernements grec, bulgare et roumain. Les principaux portraits étrangers de Grimaud, tous exportés, étaient les portraits anglo-saxon, espagnol, catalan, danois, allemand, hollandais, turc, grec, bulgare et roumain.

la loi interdisant l'usage en France de jeux importés, en 1898 l'Administration des Contributions Indirectes demande à Grimaud de fabriquer un Tarot “ Allemand ” destiné à la Savoie qui, bien que rattachée à la France depuis 1860, est grand amateur de ce jeu “ étranger ”. L'appellation est changée en Tarot nouveau en 1918 pour des raisons que nous pouvons deviner. C'est ce tarot qui est encore le plus utilisé de nos jours.

Jeux
Divinatoires

En 1890-1891, la maison Grimaud enrichit considérablement son catalogue de divers jeux divinatoires grâce au rachat des maisons Pussey puis Lequart et Mignot. A la première, il emprunte la Sybille des salons, le Jeu de la main et le Grand jeu de Mlle Lenormand ; et à la seconde, le Destin Antique, le Grand et le Petit Etteilla, le Petit oracle des dames et le Petit cartomancien.

En 1927, Grimaud publie le Tarot astrologique de Georges Muchery. Cette édition est suivie, trois ans plus tard par celle du très fameux Tarot de Marseille rénové par Paul Marteau.

2 votes. Moyenne 2.50 sur 5.

×